The Blues Has Evolved… But The Fans Didn’t!

I was reading the Why Won’t The Blues Evolve? article written by Chaz on Gear-Vault.com, and I wanted to post this response and kind of engage an interblog debate. This article could have been named The Reason Why The Blues Won’t Evolve… My Two Cents!

I guess I could say that I’m a blues lover. I became a fan when I was just about to become a teenager, or maybe I already was… Never mind. Blues music introduced me to music. It was the entry point of my musical journey, and it remained an obsession for 15 years. It induced an archivist type of behavior exploring the paths and nodes in the  gigantic tree of music. It fed my need for music: blues music obviously, but also related music, derivative music. And yet, I got bored with blues music for the exact same reason that Chaz is describing in his article. I think he got it right… This is pointless to re-create the old fashioned blues because it means missing the whole point of blues music.

Even worst, not only it is missing the whole point, but this trend among blues players tends to homogenize the genre. Preserving the ”old ways of blues” only keeps clichés alive: 12 bars, 3 chords and a suitcase. Those guys that Chaz is referring to (Muddy Waters, Howlin’ Wolf, BB King, Buddy Guy…) did use those clichés either most of the time, or from time to time, but they have also brought something new, something unheard in their time. Unluckily, this is not the case of the vast majority of the modern blues music production.

However, I think Chaz missed a point in his article (but I’m pretty sure he had it in mind). Who’s to blame for that matter? Obviously, musicians have their responsibility as they are the producers of this backward-looking music. But I think that the fans are the main reason why a lot of blues musicians stick with the old ways. It is a matter of survival (commercial survival) for musicians to stick with the audience tastes and demands. And as a matter of fact, blues music audience is mainly traditionalist.

Does this mean that blues music hasn’t evolved since its golden age? I don’t think so, au contraire… Blues music is a continuum, and just like any continuum, you can see the differences only if you look at the ultimate points of the spectrum. To see an evolution, you have to look at the minorities, not the arithmetic mean. This mean is designed by the large audience tastes. The minorities are those weirdos who will try something new, something tricky, something that might rule them out or make them successful and become a reference for decades. There are a lot of examples, from the early 1920s Delta blues artists until nowadays.

So, what changed since the golden age of blues? What does explain the lack of support for adventurous blues musicians? We are not in the golden age of blues anymore. Music industry supports what (is supposed to) deserve supporting i.e. music for broad audience, music that makes “easy” cash. It doesn’t stand tricky investments. It fits the standards asked by the broad traditionalist audience for blues musicians.

jamesbloodulmervernonreidThis audience didn’t want to hear about G. Love & Special Sauce, Chris Thomas King (21st Century Blues… From Da Hood), or Nublues as a new wave, a new generation of blues musicians. The traditionalists thought that it was not blues ’cause it was blended with hip-hop beats and flows. Once, at a Popa Chubby gig, I even heard some dudes yelling at the man: ”enough with the rapping shit, bring the blues!”… True story!! This audience still pictures James Blood Ulmer as a jazzman who knows about blues, while I think he is nothing but a bluesman who can play free jazz. Fat Possum Records, maybe one the best things that happened in blues for a while, released at least one remix of Rollin’ & Tumblin’ by RL Burnside (Come On In album)… I’d love to see them stuff a full album with such remixes. But I’m not sure this would be a best-seller… Or maybe not!! When they’ve promoted the RL Burnside/Jon Spencer association, and gave RL a second chance to have a career, it was a hell of a bet. It was almost a leap of faith.

harriscorey0602I’ve been discursive again. To sum up my thoughts on this question, I do think that the blues has evolved ’cause there will always be weirdos to attempt and achieve new forms of expression, far from the blues clichés and standards. And I think that the years to come might be very interesting as the music industry (I just feel like I’m talking about the enemy here) is not the only music provider anymore. The game is slightly changing because niche audiences will have more and more material available, provided straight from the artist to the audience. This won’t change the face of ”mainstream” blues music, but this will allow some diversity.

So, what do you think about that question?

About Sem

I am the founder of Muzicosphere (that also exists in a French version). In 2011, I also created Guitar Fail, the Guitar LOL place to be. And before that I created GAS a GoGo, a gear giveaways blog in French.

11 comments

  1. bon article. j’adhère à l’analyse.

  2. merci pour cet article fort interessant
    j aimerai passer plus de temps a le commenter…
    j adhere avec ta conclusion
    les ramifications et evolutions du blues sont facilement observables, meme si elles ont entraine un changement de nom de style…
    la preuve, il a fallu a ce bon vieux Scorsese pas moins de 7 films pour en dresser un portrait partiel !!!!

    j ai pas lu l article de Chaz, mais il serait peut etre necessaire de bien definir le blues

    je terminerai par une citation de notre ami Bob :
    “All I’ve got is a red guitar, three chords, and the truth…”

  3. Pour commencer, je dirai que cet article est d’une part intéressant, mais en +, il est structuré,argumenté, etc. Bref, du bon boulot, bravo!
    Mon idée en tant que fan de blues est globalement similaire à la tienne, ceci dit, j’aimerai apporter une petite réflexion.
    Cette réflexion tend à me dire que si le blues n’est pas fini, l’évolution (de la société) est telle que la grande période du blues est finie!
    Je m’explique.
    En matière de Blues, on occulte trop souvent la société, et la façon de vivre. A l’origine, rappelons le, une des rares formes d’expressions des ramasseurs de cotons et autres étaient de simples chants sur leur quotidien, et une simple guitare acoustique (enfin, un truc avec 6 cordes je dirai). Un moyen d’expression avec des mots à eux pour dire leur maux. Le blues était un exutoire!
    Bref, sûr que le blues à évoluer avec le temps et les moyens techniques, avec la société aussi. Aujourd’hui, on vit dans une société de consommation. Cette dernière finalement rend les gens de plus en plus “moutons”, stéréotypés, avec des facilités de crédits à la conso (le truc qui te fout dans la merde) et au final, si on regarde bien, aujourd’hui, tout est facile à obtenir.
    L’essence même du blues est à mon avis tué par cette société de consommation…
    Le blues est à l’origine, je le répète, un exutoire. Aujourd’hui, dans notre société, des exutoires, c’est pas ce qui manque…

    Tout ça pour dire que l’esprit du blues, à mon sens, n’est plus tout à fait le même, pire, il tend à être minoritaire.
    Je parle bien d’esprit du blues, car si on regarde le rock, on retrouve une partie du blues dans la “construction” d’un morceau, et je pense (on sera tous d’accord) que beaucoup de tendances musicales sont inspirées du blues, mais ce n’est pas du blues, c’est un autre style plus adapté à l’époque et aux conditions de vie.

    Alors parlons de blues comme une référence de l’époque, comme un courant qui a inspiré de nombreux artistes de diverses tendances musicales, mais pourquoi vouloir changer le blues?

    Après tout, nous évoluons comme notre société! Nous nous lassons souvent de ce que nous avons, mais finalement, on y revient toujours ou en tout cas, on en parlera toujours avec mélancolie…

  4. Content que l’article vous ait intéressé 🙂

    @ Orel: Marrant que tu cites Scorsese car j’ai resisté à le citer dans l’article. D’ailleurs c’est pour ça que j’ai mis l’image de Corey Harris en guise de clin d’oeil à un des meilleurs épisodes de la série.

    @ Yves: Wow… Sacré commentaire qui mériterait d’être carrément un article à part entière!! Je partage en grande partie ton opinion et pour répondre à la question que tu poses à la fin: Pourquoi vouloir changer le blues?
    L’idée de Chaz, comme celle que je défends, n’est pas forcément de changer le blues mais de pouvoir entendre plus d’artistes émergents qui apportent quelquechose de neuf au blues… Et surtout que cela soit assumé comme étant du blues. Qu’il y ait des traditionalistes, c’est au fond très bien! Ils sont les gardiens d’une certaine forme de blues. Mais que des artistes comme G. Love soient reconnus comme bluesmen et non artistes de hip hop alternatif ou je ne sais quoi, c’est encore mieux…

  5. Robert Johnson, l’archétype du bluesman et sa technique de picking conjugués à son presque-falsetto… A mille lieux du bourrinage brut de décoffrage de Charley Patton ou Son House! Du blues…

    Lonnie Johnson dont certains titres sonnent comme du Django Reinhardt (à moins que ce ne soit l’inverse… Les 2 ayant joués aux mêmes époques)! Du blues…

    T-Bone Walker, ses fricotages avec le jazz et son penchant pour le vaudeville des medicine shows! Du blues…

    Big Bill Broonzy qui a longtemps lorgné vers un blues sophistiqué et urbain avant de (re)donner du country blues au public du revival! Du blues…

    Muddy Waters qui éléctrifie le delta blues et a même injecté de grosses touches de psychédélisme à l’occasion (Electric Mud)! Encore du blues…

    BB King et ses grands orchestres! Du blues…

    Buddy Guy et la clique du West Side de Chicago qui ont poussé encore plus loin l’urbanisation du blues…

  6. Et on peut continuer la liste… J’adore ça!! Mais au fond tous les grands noms du blues, ceux qui ont été retenus et sont devenus des références, sont tous des artistes qui n’ont eu de cesse d’adapter le blues à leurs envies, à leur milieu, à leur époque, à leurs “problématiques”. Ils l’ont rapporté à un contexte, ce qui ne semble plus être le cas de l’immense majorité aujourd’hui.

    Alors, pourquoi changer le blues? Peut-être juste parce que c’est sa nature… C’est ce qu’ont compris des mecs comme G. Love, Jon Spencer, Beck (le petit blondinet et le grand Jeff d’ailleurs), Corey Harris, James Blood Ulmer, Bob Log III,… Tiens d’ailleurs rien qu’en citant ces quelques noms, cela signifie qu’ils existent! Peut-être au fond n’y a-t’il pas besoin de les qualifier de blues pour qu’ils existent…

  • Un de mes disques de blues préférés est justement la BO de The soul of a man, de Wim Wenders.
    Donc je ne peux qu’approuver ce message.

  • punaise… j’ai tendance a me vanter d’etre amateur de blues, mais entre l’article et les commentaires qui le suivent, j’ai de quoi apprendre pour longtemps, et surtout comprendre….

  • “Blues ain’t nothin’ but a good woman on your mind” chantait Mississippi John Hurt…

    Certes, chaque artiste y allait de sa petite maxime, mais cela nous rappelle avant tout chose que le point commun qui relie les artistes de l’âge d’or demeure essentiellement l’expression d’une humeur, d’une couleur sentimentale, qui leur collait littéralement à la peau, d’une condition globale qui les contraignait et dont ils ne pouvaient se dépêtrer…

    Certains analystes ont même tentés de rapprocher cette expression d’un état psycho-affectif, soit d’une pathologie (pathologies: constructions socio-culturelles de l’intolérance ?)… Ils ont au passage raté l’essentiel, soit la valeur expressive de cette charge émotionnelle !

    Leadbelly a notamment affirmé que le blues, soit cette charge émotionnelle, était inaccessible aux blancs: replacé dans le contexte, cette affirmation nous renvoie effectivement à la condition de dépossession identitaire qu’ont pu vivre les dépositaires de cet âge d’or, ainsi que les individus qui constituaient leur environnement d’origine, soit leur communauté…

    Les ferments à l’origine du blues sont donc identifiables, mais les conditions externes qui ont conduit à cette forme d’expression appartiennent de plus en plus au passé…

    Mon point de vue est que l’on ne peut guère dissocier ce que l’on nomme “blues” de ce sentiment de dépossession identitaire: souvenez-vous de ces multiples allusions à un “Mister Blues” (soit un procédé littéraire de personnification d’un sentiment), cité dans de multiples chansons, et qui hantait la vie de nos artistes préférés…
    Se référer à un Mister Blues, n’était-ce pas de la part de l’auteur/interprète, une tentative d’identifier le mal qui le rongeait ?… Et ainsi d’avouer son impuissance face à la dépossession ressentie ?… Et chanter cette émotion relevait certainement d’une forme d’exutoire (ce qui revient peu ou proue à la fonction première de l’expression artistique: la catharsis)…

    Dissocier le blues de sa charge émotionnelle reviendrait assurément à acter cette expression: “jeter le bébé avec l’eau du bain”…
    … Soit déposséder de son identité une expression de dépossession identitaire, autre variation de la “double-peine”…

    Après, certes, l’expression musicale qui accompagnait ces chants a fait des émules et certainement évolué…
    C’est le propre de l’être humain d’aller voir ailleurs s’il y est !!

    Pour autant, le “cœur” de ce que l’on nomme “blues”, relève d’un sentiment particulier, d’un vécu issu d’un contexte historiquement borné…

    … La question pourrait alors devenir:
    L’extinction progressive des conditions (socio-psycho-affectives) des bluesmen de l’âge d’or implique-t-elle l’extinction dudit “blues” ?

    P.S.

    Aux plus courageux (et intéressés quant au “blues”), je vous livre en supplément quelques réflexions que j’avais partagé sur un autre forum (non-dédié à la musique) à ce sujet…
    Cela date un peu, mais peux illustrer quelques éléments cités ci-dessus…

    Notons que le vocabulaire relatif au “blues” invoque notamment l’incarnation dudit “blues” à travers un personnage visitant plus ou moins régulièrement l’interprète… Certains textes évoquant un “Mister Blues”, souvent envahissant, qui s’impose à résidence chez l’interprète, ou le poursuit le long de sa route, ce qui finit par en faire un “compagnon de route”) peut-être relié au daîmon socratique, voire au djin ou au duende que vous évoquez régulièrement…

    Ce blues, ou Mister Blues, n’est-il alors pas le fruit ou le témoin de l’individu défrichant son désir, se questionnant en toute intimité, pour en rendre compte à la communauté qui est censée le reconnaître, et qui a souvent du mal en cela même…

    Quelques textes, à titre d’exemples non-exhaustifs :

    Well, good morning blues, blues how do you do
    Well, good morning blues, blues how do you do
    I’m doing all right well, good morning how are you.
    I couldn’t sleep last night, I was turning from side to side
    Oh Lord, I was turning from side to side
    I wasn’t sad, I was just dissatisfied.
    I couldn’t sleep last night, you know the blues walking ‘round my bed,
    Oh Lord, the blues walking ’round my bed
    I went to eat my breakfast, the blues was in my bread.
    Well good morning blues, blues how do you do.
    Well, good morning blues, blues how do you do.
    I’m doing all right, well, good morning how are you.

    Mmmmm mmmmm
    I’s up this mornin’, ah, blues walkin’ like a man
    I’s up this mornin’, ah, blues walkin’ like a man
    Worried blues, give me your right hand

    And the blues fell mama’s child, tore me all upside down
    Blues fell mama’s child, and it tore me all upside down
    Travel on, poor Bob, just can’t turn you ’round

    The blues, is a low-down shakin’ chill
    (spoken: Yes, preach ’em now)

    Mmmmm mmmmm
    Is a low-down shakin’ chill
    You ain’t never had ’em I, hope you never will

    Well, the blues , is a achin’ old heart disease
    (spoken: Do it now, you gon’ do it? Tell me all about it)
    The blues, is a low-down achin’ heart disease
    Like consumption, killing me by degrees

    I can study rain, oh oh drive, oh oh drive my blues
    I been studyin’ the rain and, I’m ‘on drive my blues away
    Goin’ to the ‘stil’ry [1], stay out there all day

    __________
    This is Robert Johnson’s version of Preachin’ The Blues Parts 1 and 2 that Son House Recorded in 1930.
    Note 1: alternatively “steeray” instead of ” ‘stil’ry” as for distillery

    There is someone at the door guess I’d better go see
    Who’d be comin’ round at this hour callin’ on me
    Why of course I might have known should have been expecting you
    Come on in and sit right down now why hello Mr Blues
    I’ll have to say you didn’t waste a minute getting here to me
    I guess you knew that I was lonely and I needed company
    I’ve got to tell how much I love her and how bad I’ve been abused
    And you’re the only one who listen so come in Mr Blues
    For a while that she was with me I guess she’d found another friend
    And when she left I knew that you will soon be coming back again
    I planned nothing for this evening come on in take off your shoes
    We’re gonna have ourselves a party welcome home Mr Blues

    Lisez les textes cités plus haut pour constater que les rapprochements entre “blues” et maladie ont simplement toujours été…

    …Et ce sont des auteurs/interprètes (malades ? Cela, c’est eux qui le disent…) qui les font: soit ni vous, ni moi, mais bien eux…

    D’autre part, l’une des plus anciennes références au blues (contraction de “blue devils”, littéralement “démons bleus”, ce qui revient à nos actuelles “idées noires”…) se retrouve dans une farce “Blue devils, a farce in one act” (1798), et par la suite, au cours du XIX° siècle, l’expression “blues” était semble-t-il employée comme euphémisme pour désigner le delirium tremens, ou la police (à votre guise, selon l’humeur!).

    Ce n’est que plus tard, à partir du début du XX° siècle que le terme “blues” (à travers le style musical qui y est désormais associé) traduit un “état d’âme mélancolique” (mélancolie, qui, du reste, fût considérée comme maladie au XIX°), au sein de la communauté afro-américaine.

    Chaque terme a son histoire et son contexte d’utilisation, avec ces zones d’ombre, comme de lumière…

    N.B.

    Maladie:
    Étymol. et Hist. 1. 1225-30 «altération de la santé chez les hommes» ici fig. «tout ce qui trouble l’âme ou l’esprit» (Guillaume de Lorris, Rose, éd. F. Lecoy, 2873);

    Santé:
    Du latin sanitas « santé [du corps, de l’esprit] », dér. de sanus)…

  • Ouaouh… Ca c’est du commentaire!! Il illustre d’ailleurs bien le propos d’Orel… Scorsese en 7 épisodes n’a fait qu’ébaucher un portrait partiel du blues… Donc je crois qu’on aurait de quoi pondre des milliers de lignes.

    Je suis d’accord sur l’idée que la dépossession identitaire est une composante essentielle de “l’identité” du blues… Néanmoins, je pense que ton analyse (super intéressante au passage, et crois moi je ne suis pas toujours client!! 🙂 ) lui donne un poids beaucoup trop important, et omet les nombreuses facettes qui constituent cette fameuse charge émotionnelle que tu décris, et est effectivement indissociable du blues.

    Du coup, je reprends ta question de la fin, et me permettrait d’y répondre de la façon suivante: L’extinction, ou l’évolution, progressive des conditions (socio-psycho-affectives) des bluesmen de l’âge d’or implique l’extinction d’une forme de blues originel. Le blues, expression musicale, n’a alors d’autre évolution possible que d’intégrer les nouvelles conditions sous peine d’effectivement disparaître pour de bon!

  • Comme tu l’indiques Sarssipius, je souscris à l’évidence que le blues est condamné (quoique l’on en pense) à évoluer…
    (Or en toute évolution participe une forme de disparition)
    Cependant, il y est condamné dans cette contradiction que l’âge d’or, qui est aussi et surtout l’âge fondateur du blues, laisse une marque non seulement indéniable, mais effectivement fondatrice (aux niveaux réel et imaginaire).

    La charge émotionnelle exceptionnelle développée par ce chant, dans le contexte d’esclavage et de ségrégation insupportable de ce temps, a marqué non seulement l’histoire, mais aussi les imaginaires… De sorte a créer, sur la base réelle de ce contexte atroce, un mythe fondateur…

    … Et c’est peut-être cela que réclame le “fan” de blues, tout simplement !… D’expérimenter la catharsis particulière à ce chant, qui au-delà d’une réalité historique a accédé au rang de mythe.

    Et il n’est pas question ici de valeurs, mais strictement de désir et de ressenti !

    C’est donc sur un postulat très concret que j’accorde de l’importance à la charge émotionnelle et originelle liée au blues:
    1- Elle en fût l’élément vital: plus que la raison, elle en fût le déclic et le ressort même.
    2- Cet “état d’âme” fût lié à une réalité bien concrète qui mérite par ailleurs d’être reconnue et transmise (au moins pour tenter d’éviter qu’elle ne se reproduise).
    3- Comme tout sentiment extrème, elle interpelle fortement l’imaginaire humain, jusqu’à fasciner bon nombre d’entre nous, et susciter le désir de s’y replonger à travers l’expérience artistique (qui procure cette catharsis participant tant à l’équilibre individuel [niveau affectif] que collectif [niveau socio-culturel])…

    Pour résumer plus clairement, je dirais que le “fan” de blues n’est peut-être pas, à proprement parler, “passéiste” ou “traditionnaliste”…
    Il serait plutôt, à mon sens, touché, fasciné, voire subjugué par l’expérience émotionnelle qui a fondé le blues…

    Ce qui expliquerait que l’âge d’or ET fondateur du blues émeut et touche effectivement plus que sa présente actualité, à la charge émotionnelle plus fade (en général: heureusement qu’il existe quelques “résistants”, parfois malgré eux).

    Bref, voilà pourquoi le “critère” émotionnel me semble si digne d’importance: c’est celui qui nous “gouverne” tant, quoique notre raison résiste à ce fait…

    J’en veux pour éléments de preuve le fait que les contemporains pouvant se revendiquer de cet héritage sont ceux qui captent le plus l’imaginaire et l’affect que l’on associe au blues *.

    Pour conclure, j’oserais une dernière synthèse:
    c’est dans les tripes que ça se joue cette affaire, plus que dans les oreilles, les doigts ou les cordes vocales !!

    * N.B.
    J’évoque bien ici le blues à travers les interprètes de l’âge dit “d’or”, soit strictement entre les deux guerres mondiales…
    Cet âge où le blues, comme l’indiquait Leadbelly, ne pouvait être expérimenté par les blancs…
    … Plus tard, il s’agit d’une autre histoire…

    Bob Brozman suggère, à juste titre me semble-t-il, qu’entre les années 60 et 70, en termes de musiques, se matérialisa le passage à un modèle industriel qui a globalement pris le pas sur le modèle de “l’expérimentation affective de l’expression artistique”…
    … Or en ce nouveau modèle, la charge émotionnelle en a (singulièrement) pris un sacré coup !!!

    L’expérience cathartique n’a effectivement pas les mêmes ressorts que l’expérience consumériste…

    P.S.
    Je retiens cette définition de la catharsis:
    “purgation des passions du spectateur par la terreur et la pitié qu’il éprouve devant le spectacle d’une destinée tragique”.
    … et rejette donc, pour ce qui me concerne, le sens de “ravissement esthétique” que certains y associent.

  • ” La production ”mainstream” correspond aux standards du blues, parce que l’auditoire traditionaliste (en majorité) demande du blues proche des standards du genre. C’est pas standards, c’est pas du blues.”
    => totalement d’accord avec ça !

    Je joue en amateur du blues très roots, mais j’en écoute finalement assez peu, car effectivement ça n’a pas trop d’intérêt que de ré-entendre pour la 50ème fois la même chose. Sweet Home Chicago, c’est rigolo pour un boeuf, et encore…

    Je que je préfère, ce sont les musiciens qui ont les pieds dans le blues et la tête dans leur monde : G.Love, Chris Whitley, mon illustre inconnu préféré Rainer Ptacek…

    Finalement, je me demande si le blues considéré uniquement comme forme musicale (les 12 mesures, la progression I-III-V) ne me passionne pas trop, alors que le blues comme feeling me touche énormément. Je dis souvent que l’un des blues qui me touche le plus est un air chanté du XIVème siècle !

    Quant aux paroles, à quoi ça rime pour un petit blanc français de chanter les champs de coton ? Et bien curieusement, il y a certains blues, parfois très vieux, qui ont toujours une résonance universelle et intemporelle : l’un des morceaux que je préfère jouer, c’est Hard Time de Skip James, parce que la mélodie est magnifique, mais aussi parce que les paroles sont, hélas, toujours d’actualité.

    Je termine par un dernier aspect, qui nuance ce que je viens de dire : jouer aujourd’hui du blues comme dans les années 20 ou 30, cela peut également avoir le même sens que de jouer du Purcell comme au XVIIème siècle. Faire connaître ou re-découvrir une musique telle qu’elle était jouée à l’époque où elle a été créée.

  • Très intéressant ton article et je m’en vais ajouter ce lien sur le forum de blues où on a déjà abordé maintes fois ce problème, sans arriver à se mettre d’accord évidemment.

    J’ai un peu peur en donnant succinctement mon avis d’être rangé dans la catégorie traditionaliste … alors que, pour ne citer qu’eux, j’aime bien ce que fait Nublues. Mais le blues ne serait il pas tout simplement avant tout un moyen d’expression lié à une époque et aux conditions de vie de ceux qui le pratiquaient ? Et donc mort en tant que tel. Alors bien sûr il y a des évolutions et c’est tant mieux mais ne sont ce pas au bout du compte des musiques différentes ayant pour origine le blues, ce qui n’a rien de péjoratif à mes yeux ? Quoi qu’on puisse en dire j’ai relativement du mal à imaginer le blues avec un son bien léché et trop bien produit.

    Il est malheureusement dommage qu’on ne puisse savoir ce qu’auraient fait les anciens s’ils avaient vécu maintenant (ne parlons pas de BB King et de Buddy Guy, pour qui j’ai un immense respect mais qui font sonner, et on le comprend aisément, ce qui va faire rentrer l’argent) mais je ne suis pas obligatoirement certain qu’ils aient eu envie d’évoluer à tout prix (Muddy Waters n’aimait pas Electric Mud et RL Burnside a maintes fois répété qu’il s’était un peu fait avoir lors de la collaboration avec le Jon Spencer Blues Explosion) – On me rétorquera avec raison que le Chicago blues, et son West Side, était une sacré évolution : certes mais elle était avant tout du à l’évolution des conditions géographiques et sociologiques qu’ils avaient vécues.

    Vaste débat mais en tout cas merci pour cet article bien argumenté.

  • Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    *

    Scroll To Top